Nous sommes en septembre 2016, le soleil n’est pas encore levé que nous quittons Seattle, direction les Îles San Juan. Paradis des orques et des hippies, je suis tombée sous le charme de cet archipel il y a de ça quelques années. À l’époque, tout, absolument tout m’avait séduit. Des eaux bleu marine, aux petites maisons en bois que les locaux appellent « cabins ». Mais à bien y réfléchir, cet amour pour les San Juan m’a toujours animé… Une passion que je vous partage aujourd’hui, à travers un dossier spécial en trois parties. Suivez le guide !

Pour la lecture de cet article : Tom Rosenthal – Go Solo 🎶

Les Îles San Juan, paradis encore sauvage –

La première fois que je me suis rendue aux San Juan, je me rappelle avoir été instantanément frappé par la beauté de ces paysages encore sauvages, par ces forêts d’un vert émeraude surgissant de l’eau comme de nul part.

Îles San Juan paradis sur terre

À cette époque, j’ignorais encore que des orques vivaient ici à demeure et que l’archipel avait été le lieu de tournage des deux premiers Sauvez Willy. Et pourtant, à bord du ferry qui nous y conduisait, je me souviens très bien avoir déclaré mot pour mot : « je n’ai jamais vu d’orque, j’aimerais en voir un jour ». Un curieux hasard pour un rêve que j’ai toujours eu et qui pouvait devenir réalité ici-même.

Car comme beaucoup d’enfants des années 90, la VHS de Sauvez Willy a connu quelques soucis techniques tant je l’ai regardé. Bien sûr, il y avait l’histoire, à la fois triste et belle. Mais ce qui me plaisait par dessus tout, c’était la culture qui s’en dégageait et les paysages. Ces forêts de sapins survolées avec grâce par les aigles, les totems indiens, les hydravions venant se poser avec délicatesse sur l’eau, …

Îles San Juan paradis sur terre hydravion

Une nature et un style de vie qui m’ont toujours attiré et que j’ignorais être typiques du Nord-Ouest Pacifique jusqu’à ce que j’y mette les pieds. Comme quoi, dans la vie il n’y a pas de hasard. Mon histoire avec ce petit bout de terre était quelque part déjà écrit.

Les Îles San Juan, guide pratique –

Les Îles San Juan, c’est où ?

L’archipel des San Juan se trouve dans l’état de Washington, à la frontière canadienne et est composé de plus de 700 îles et îlots. Dit comme ça, ça paraît énorme. Mais partant du principe qu’un simple rocher compte pour un îlot… On arrive vite à 700 ! Et si vous vous demandez pourquoi une telle consonance espagnole, la raison est simple : les San Juan ont d’abord été reconnu par les espagnols en 1791, avant d’être occupé par les anglais et ainsi va l’histoire. Accessibles uniquement par hydravion et/ou ferry, les îles principales se nomment San Juan, Lopez, et Orcas.

  • San Juan Island : Certainement l’île la plus touristique et surprenante. À San Juan Island, vous ne savez jamais ce que vous pouvez découvrir au détour d’une route. Un ranch, une ferme de lavande, de lamas, une maison digne de celle de la famille Weasley dans Harry Potter,… En d’autres termes, une terre unique abritant un parc mondialement connu pour l’observation des orques : Lime Kiln State Park. Cher à mes yeux, je vous parlerai davantage de San Juan Island lors d’un futur article.
  • Lopez Island : Longue de 15 miles seulement, Lopez est connue comme l’île hippie et « friendly » de l’archipel. Il faut dire qu’ici tout le monde vous salue, que vous soyez en voiture, à pied ou à vélo ! Ma famille ayant une maison (ou une « cabin » rappelez-vous) là-bas, Lopez est l’île que je connais le plus et qui fera donc l’objet de notre premier zoom.
  • Orcas Island : Aussi appelé « L’Île Émeraude » ou « La Perle des San Juan », Orcas Island est un paradis pour les amoureux de la randonnée et du grand air. C’est ici que se trouve le point le plus haut de tout l’archipel, culminant à 730 mètres. Comparé à nos montagnes françaises, cette hauteur peut vous paraître bien faible, mais de là-haut, la vue sur l’archipel est à couper le souffle. Par temps ensoleillé, on peut même distinguer Mont Rainier et la chaîne des Cascades.

Les Îles San Juan, comment s’y rendre ?

Par les airs : les deux aéroports les plus proches sont Vancouver et Seattle. Mais que ce soit l’un ou l’autre, pour vous rendre aux San Juan il vous faudra ensuite soit louer une voiture, soit opter pour l’avion ou hydravion. Depuis Seattle, la compagnie Kenmor Air vous mènera directement à Friday Harbor, « capitale » des San Juan. Depuis Vancouver, c’est Westwind Aviation qui vous y mènera.

Par la route : si vous souhaitez vous rendre aux San Juan en voiture, c’est à Anacortes qu’il vous faut aller. C’est là que vous trouverez le ferry qui rallie le continent à l’archipel. Plusieurs trajets quotidiens existent, certains allant directement à San Juan Island, d’autres s’arrêtant à Lopez, Orcas et même Shaw, une île plus petite.

Îles San Juan paradis sur terre s'y rendre

Îles San Juan paradis sur terre s'y rendre

Une fois sur place, à part le ferry que vous pouvez prendre à pied, à vélo ou en voiture, il n’existe aucun pont, aucune connexion allant d’une île à une autre. Alors un conseil : en arrivant n’hésitez pas à prendre à bord ou en office de tourisme, un dépliant des horaires des ferries. Car même si vous disposez d’une carte sim américaine, internet peut se faire très rare par ici…

Les Îles San Juan, que mettre dans sa valise ?

L’état de Washington étant connu pour ses caprices pluvieux, été comme hiver prévoyez un vêtement imperméable, que ce soit un manteau chaud ou une veste légère. Aussi, pour explorer les lieux au mieux, une bonne paire de basket ou de chaussures de randonnée est indispensable.

En ce qui concerne les températures, la proximité avec le Canada peut faire peur. Pourtant la différence avec l’hexagone est à peine perceptible. Relativement venteux, prévoyez seulement quelque chose pour garder vos oreilles au chaud l’hiver.

Enfin, le dernier indispensable : une paire de jumelle ! On y pense rarement, mais si vous souhaitez observer les orques, elles sont vitales !

Et pour ne rendre l’aventure que plus magique :

À très vite folks !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.