Il y a tout juste un mois, je m’envolais pour Montréal en tant que pvtiste, après avoir vidé un paquet de Kleenex à l’aéroport de Bordeaux et ruiné mon maquillage pour les heures à venir. Un mois, 31 jours, durant lesquels j’ai pu expérimenter la vie québécoise en allant de découverte en découverte. Aujourd’hui, l’heure est au bilan mensuel. Un rendez-vous que j’essaierais de tenir autant que possible, où différents aspects de mon PVT au Canada seront abordés. De mon arrivée à mon installation, tirons un premier bilan !

PVT Canada, mon arrivée à Montréal –

Dire que je suis arrivée sereine, sans inquiétude et sans stress, serait mentir. Il y a la douane, où j’aurais attendu une bonne demi-heure. L’immigration, où j’aurais de nouveau patienté et où j’aurais été reçu sans un seul sourire mais ça, c’est comme partout. Et pis il y avait mes bagages, mes deux grosses valises, mon sac cabine et mon sac à dos et ça, pour quelqu’un qui aime voyager léger, c’est bien trop oppressant. Mais comme 99% des voyageurs, mes valises sont arrivées sans encombre, à la différence près qu’elles tournaient seules sur le tapis des « bagages hors-norme« …

Comme après tout vol long courrier, s’en est suivi quelques jours de jetlag (un peu moins de deux semaines pour être exacte), où se réveiller à 4h du matin été devenu une habitude, tout comme le fait de ne pas avoir faim quand il était l’heure de manger et vice-versa.

Mis à part ce détail, mon arrivée a surtout rimé avec découverte à pied. Une vingtaine de kilomètres par jour, qui m’auront valu bien des souffrances, mais qui m’auront aussi permis d’économiser pas mal de dollars, le ticket de transport étant ici à 3,25$. Et quoi de mieux que de parcourir une ville à pied pour s’en imprégner ? C’est comme ça que j’ai pu découvrir l’identité de chaque quartier, les ruelles, si différentes des unes aux autres, les panoramas, les cafés tendances, les fresques murales si remarquables, les accents, tantôt anglais, tantôt québécois, parfois français, d’autres fois italien…

PVT Canada, mon installation à Montréal –

Au beau milieu de tout ça, des découvertes et des promenades, j’ai bien sûr passé ce premier mois à accomplir diverses démarches.

Comme je l’expliquais récemment dans un précédent article, ma recherche de logement a très vite abouti. Après quelques contacts via des groupes Facebook (contacts que j’avais établi depuis la France), il m’aura fallu moins de 48h pour visiter un appartement et voir ma demande validée.

En ce qui concerne le boulot, je n’ai à ce jour toujours pas d’emploi, mais en un mois j’aurais passé pas moins de 4 entretiens. Attendant des réponses, je ne peux m’avancer davantage sur le sujet pour le moment. Cependant, je peux d’ores et déjà affirmer que le monde de l’entreprise est ici bien différent que celui que j’ai pu expérimenter jusque là en France.
Ici, un entretien ne se limite pas à un rapport de force et de supériorité si j’ose dire, mais bel et bien à une vraie conversation pouvant atteindre les deux heures. Durant cet entretien, le recruteur tente pleinement de séduire le candidat en vantant tous les mérites de son entreprise, tout comme le candidat qui va vanter ses compétences. Des échanges enrichissants et positifs, qui s’expliquent notamment par la pénurie de main d’oeuvre qui sévit actuellement au Canada. Ceci étant dit, pour la suite du volet professionnel : rendez-vous dans un mois !

PVT Canada, vie sociale et voyage –

Contrairement à mon choix premier qui était d’aller sur Vancouver ou Victoria, mon arrivée sur Montréal s’est faite avec l’avantage de connaître déjà quelques personnes. Un détail qui n’en est pas un et qui peut faciliter bien des choses lorsque l’on part s’installer à l’autre bout du monde.
En plus des petits conseils apportés au quotidien, j’ai ainsi eu l’occasion de partir deux fois en chalet dans les Laurentides et certainement à l’une des meilleures périodes qu’il soit : à l’automne, avant que ne tombent les feuilles. Le premier weekend, c’est sur les berges du Lac Archambault que nous sommes partis et la seconde fois, c’est à quelques pas du Parc national du Mont-Tremblant que nous avons fêté Halloween. Bien évidemment, des articles sont à venir…

À très vite folks !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.